Vous Informer

VOUS INFORMER :

 Législation : Depuis le décret du 19 décembre 2008 au sujet du devenir des cendres, il n’est plus possible de les conserver chez soi. De nombreuses études ont montré l’importance pour les proches de pouvoir se recueillir sur un lieu précis. Or les urnes conservées par la famille disparaissaient au fil des générations et des déménagements.

Pour répondre aux questions sur l’intérêt d’acheter une belle urne, je vous invite à réfléchir sur le fait que nous n’achetons pas une urne « pour soi » mais bien pour rendre un dernier hommage à l’être cher. L’offre d’Extra-céleste permet de se représenter le défunt dans un bel écrin d’éternité en accord avec sa personnalité. Et la famille d’être sereine d’avoir rempli cette tâche avec dignité.

La crémation : De plus en plus répandue, c’est un procédé choisi par quasiment la moitié des français et autour de 70% dans les pays du Nord de l’Europe ainsi que plus de 80% en Suisse.

En France, avant une crémation, tout corps doit être mis en bière dans un cercueil scellé. Ensuite, vient le choix de l’urne puis sa destination.

Le choix de l’urne : L’urne funéraire est un objet très symbolique dont le choix peut-être à l’image des aspirations du défunt. Urne d’art, urne biodégradable, urne ethnique…elles recueillent les cendres après la crémation. A l’intérieur, suivant les modèles se trouve un cendrier en aluminium, ou un sac prévu à cet effet. Elle est ensuite scellée et munie d’une plaque d’identité.

Plusieurs destinations des cendres sont possibles :

– L’urne peut-être déposée dans un colombarium au sein d’un cimetière.(il est important de s’informer des dimensions, en   général des cubes de plus ou moins 40 cm de coté)

– L’urne peut-être déposée dans le caveau familiale ou scellée dessus (cela dépend de sa matière).

– L’urne peut-être enfouies dans une propriété privée (avec l’accord du Préfet).

– Les cendres peuvent-être dispersées ou enfouies (dans une urne biodégradable) en pleine nature, en dehors de tout espace public aménagé et voie navigable.

– Les cendres peuvent-être dispersées en pleine mer (dans une urne biodégradable) à 300 mètres au point le plus bas de la marée, après accord des autorités maritimes.

– Les cendres peuvent-être dispersées au sein du cimetière, dans un jardin du souvenir. Cette solution est assez perturbante dans la mesure ou les cendres de plusieurs autres personnes sont parfois proches, à l’air libre, au vu de tous…je vous suggère d’aller voir avant.

Dans tous les cas, il convient d’informer la mairie du lieu de naissance du défunt, de la destination des cendres.

Séparation des cendres ou mélange :

Cela est interdit par la législation, cependant il est toléré de recueillir quelques pincées de cendre pour les mettre dans un bijou cinéraire ou reliquaire. Il faut en faire la demande au crématorium, qui peut toutefois refuser…

La cérémonie et services :

La crémation n’implique pas une cérémonie uniquement laïque. Depuis 1963, l’Eglise catholique romaine tolère la crémation mais demande qu’elle soit précédée de la célébration des funérailles, avec le cercueil à l’église. La crémation est encore peu tolérée par l’Islam et le judaïsme l’interdit.

En France se développe de plus en plus de société d’aide à la personnalisation des obsèques. Des organisatrices de cérémonie fidèles au caractère et aspirations du défunt.

Au même titre que les musiques et les fleurs, les démarches liées aux obsèques par l’intermédiaire de plateformes commémoratives sont un soutien très utile, important pour le recueillement et le commencement du travail du deuil.